Délégationde la Meuse-Moselle

Accueil Jean Rodhain à Metz

L’atelier Chemins d’écriture de l’AJR est en marche

Le groupe Chemin d'écriture, AJR Metz.

C’est un vendredi matin comme les autres à l’Accueil Jean Rodhain de Metz, où un groupe d’une dizaine de personnes se retrouvent pour l’atelier d’écriture, appelé communément « Chemin d’écriture ». Les deux animatrices, Marie-Thérèse et Chantal, préparent la salle du haut en vue d’accueillir une dizaine d’hommes pour écrire et partager sur un thème. Les participants sont débutants ou confirmés, poètes, philosophes ou calligraphes. « On ne savait pas où on allait », me dit Bertrand, et les autres acquiescent, mais ils ont parcouru cette « belle aventure » ensemble, main dans la main en maintenant « une saine ambition » et en mettant en valeur la « richesse du groupe ». Grâce à ce groupe, Denis écrit de la prose et ainsi, « se découvre intérieurement en même temps qu’il découvre le monde extérieur », Christian, lui, me dit que tout seul, il ne pourrait pas faire ce travail. Éric adore venir à cet atelier qui selon lui, est tant « un travail individuel que collectif ». Et moi, je me dis qu’il n’y a pas mieux que les mots pour faire ressortir les maux.

Après avoir parlé de la « force » et des « couleurs », le nouveau thème est « le temps », vaste sujet ! Un thème qui a été choisi ensemble, ce qui donne une certaine liberté, « pas comme à l’école ». Ce matin, Marie-Thérèse partage un texte court d’Olivier Abel sur ce thème, les hommes en parlent et lisent les textes qu’ils ont préparés. Tout le monde réfléchit, analyse, fait des recommandations et applaudit. Un beau travail individuel et collectif, effectivement.

Dans l’un des textes on peut lire ce que les hommes disent toujours, « J’ai hâte d’être demain » ou « c’était bien hier », et si nous disions tous : « J’ai hâte d’être aujourd’hui » ? Un bel appel à vivre le moment présent, sans penser au temps d’après.

En début d’année, le groupe a souhaité concrétiser son action et faire connaître son atelier. Les participants ont donc publié leur premier livret, sur le thème de la « force », au cours de l’hiver 2018, en 60 exemplaires distribués un peu partout. Le deuxième livret est d’ailleurs en cours de rédaction et sera publié d’ici peu. Voici un extrait du premier livret :

« À force d’y croire,

À ma mère

J’ai eu des périodes de ma vie où la principale actrice dont j’ai eu besoin s’appelait la force.

En effet, tout se raconte. D’abord, les coups durs, séparation, hébergements, revenus, liens familiaux coupés, amitiés perdues. Bref, la première : la solitude. Les échéances, le système D fait partie d’une précaire période, précaire, mais momentanée. Tout d’abord, une longue période pauvre s’est présentée à moi. En fait s’offrait à moi, je me récite la précarité.

Et puis le déclic, le réveil, l’humilité, le sursaut. Bref, la force à force de me chercher m’a finalement accompagné. Des recherches dans différents secteurs se remirent à m’accompagner et le fruit de mes recherches allait payer, je me sortais d’un mauvais pas. Il faut pourtant le reconnaître : un tas de paramètres vous arrivent. Alors comme on dit : à force de semer, on récolte.

Dieu soit loué et la force apprivoisée sont deux ingrédients indispensables. »

Christophe C.

Imprimer cette page

Faites un don en ligne